Press Releases

Poxel’s Investigational Oral Agent - Imeglimin - Shows Unique Anti-diabetic Profile in Preclinical and Clinical Studies


- Imeglimin induces glucose-stimulated insulin secretion by improving beta cell glucose sensitivity in Type 2 diabetic patients
- Imeglimin normalizes glucose tolerance and insulin sensitivity by improving mitochondrial function in a diabetic pathophysiological model
- Imeglimin has a unique mechanism of action targeting the mitochondria bioenergetics

Poxel SA presented data from human and animal studies with its novel anti-diabetic agent – Imeglimin – currently in phase 2b clinical development, during the 74th Scientific Sessions of the American Diabetes Association. The data demonstrate Imeglimin’s dual activity on both insulin sensitizing and insulin secretion defects of Type 2 Diabetes, featuring the innovative profile of this new anti-diabetic agent.

"These Phase 2 clinical trial and preclinicalstudy results confirm that Imeglimin is the first treatment to act on the two key defectsof Type 2 Diabetes, namely insulinsensitizing and secretion," said Thomas Kuhn, CEO of Poxel. "Imeglimin acts directlyon the three main organs affected by Type 2 Diabetes: the pancreas, the liver and the muscle. Our recent data confirm that Imeglimin acts – at the organ level - in a different manner from metformin and sitagliptin, evidencing its combination potential already seen in two add-on trials in humans. These results validate that Imeglimin is unique among current anti-diabetic agents."

An oral communication entitled "ImegliminIncreases Glucose-Dependent Insulin Secretion and Improves Beta-cell Function in Patients with Type 2 Diabetes" described theglucose-dependent insulin secretion effect of Imeglimin administered to Type 2 Diabetespatients, using a hyperglycemic clamp technique. Imeglimin significantly raises insulin response to glucose (p=0.035); achieving this primary endpoint. Imeglimin increases significantly 1st and 2nd phase insulin secretion rates (p=0.034 and 0.031, respectively) and improves beta cell glucose sensitivity (p=0.034). Imeglimin has no effect on plasma glucagon, in contrast to DPP-4 inhibitors.

Michael Roden, MD (Institute for Clinical Diabetology, German Diabetes Center, Department of Endocrinology and Diabetology, University Hospital Düsseldorf, Düsseldorf, Germany) who presented the work stated: "Imeglimin improves glucose sensing of the pancreatic beta cell andincreases glucose-stimulated insulin secretion, which contributes to the glucose lowering action of Imeglimin. Given the activity of Imeglimin on both liver and muscle demonstrated in preclinical studies, Imeglimin has a unique mechanism of action that could represent a new way of addressing the pathophysiology underlying Type 2 Diabetes".

A second oral communication entitled "Imeglimin Normalizes Glucose Tolerance and Insulin Sensitivity in Improving Mitochondrial Function in a High-Fat-HighSucrose Diet Mice Model" describedImeglimin’s benefit on glucose tolerance,insulin sensitivity and insulin signaling in both liver and muscle in a nutrient-overload Type 2 diabetic model. Imeglimin adapts mitochondrial functioning to this overload, leading to fat utilization. As a result, Imeglimin decreases liver steatosis, improves insulin signaling and decreases insulin resistance, one of the two key defects of Type 2 diabetic disease.

Dr. Vidal (INSERM U160, Faculté de Médecine Lyon-Sud, European Center for Nutrition and Health) who headed the work commented: "We are very pleased to have achieved this important result in understanding the mechanism by which Imeglimin exhibits insulin sensitizing effects and so contribute to its anti-diabetic activity".

A poster entitled "Imeglimin Decreases Hepatic Glucose Production through a Unique Mitochondrial Mechanism of Action" was presented to ADA audience. The aim was to identify the underlying mechanisms by which Imeglimin decreases gluconeogenesis in primary rat hepatocytes in comparison to metformin. Imeglimin’s unique mechanism of action targets the mitochondrial bioenergetics by inducing an increase in redox potential and a decrease in membrane potential without modifying mitochondrial respiration by contrast to metformin.

Pr Eric Fontaine (INSERM U1055, Université de Grenoble France) whose team is broadly involved in mitochondrial bioenergetics investigations stated: "These results are key to understand Imeglimin’s innovative mechanism of action. Imeglimin inhibits gluconeogenesis without affecting respiratory flux, thereby preventing Imeglimin from inducing lactic acidosis in contrast to metformin."

About Type 2 Diabetes

Type 2 Diabetes is the most common type of diabetes. It usually occurs in adults, but is increasingly seen in children and adolescents. In Type 2 Diabetes, the body is able to produce insulin but it is either not sufficient or the body is not responding to its effects, leading to a build-up of glucose in the blood. Type 2 Diabetes is a major cause of both cardiovascular and kidney diseases.

The number of people with Type 2 Diabetes is rising rapidly worldwide. This rise is associated with economic development, ageing populations, increasing urbanization, dietary changes, reduced physical activity and changes in other lifestyle patterns.

The International Diabetes Federation estimates that in 2011, 366 million people around the world have diabetes. This total is expected to rise to 552 million in 2030. Each year a further 7 million people develop diabetes. The current market is dominated by few product classes and significant unmet needs remain for both physicians and patients.

The worldwide pharmaceutical market for Type 2 Diabetes, 60% of which is represented by oral anti-diabetics, is expected to increase from $31 billion in 2012 to $48.8 billion in 2021 (source IMS audits).

About Imeglimin

Imeglimin is the first in a new chemical classof oral anti-diabetic agents, the Glimins.Imeglimin acts on three main target organsinvolved in glucose homeostasis: the liver, muscle, and the pancreas and has thereforea distinct mode of action compared to existing treatments for Type 2 Diabetes. In that, it looks like the best partner to complement other treatments. Imeglimin phase 2a monotherapy results were published in Diabetes, Obesity and Metabolism in April 2012. In October 2011, Poxel reported phase 2 results of Imeglimin as add-on therapy to metformin in patients inadequately controlled with metformin monotherapy. This study achieved its primary end-point of superiority in HbA1c reduction versus placebo (p<0.001). The study results are published in Diabetes Care. In November 2012, Poxel reported phase 2 results of Imeglimin as add-on therapy to sitagliptin in patients inadequately controlled with sitagliptin monotherapy. This study achieved its primary end-point of superiority in HbA1c reduction versus placebo (p<0.001). The study results are published in Diabetes Care.

About Poxel SA

Poxel, founded in 2009, is a biopharmaceutical company developing innovative first-in-class drugs, with a primary focus on Type 2 Diabetes. The company develops novel treatments before seeking pharmaceutical industry partners. Poxel was spun out from Merck Serono and now operates independently as a lean organization with strong in-house drug development and business expertise.

Poxel’s product pipeline consists of several first-in-class Type 2 Diabetes candidates, including Imeglimin in phase 2b clinical development and a direct activator of AMPK, close to phase 1 development for the treatment of Type 2 Diabetes.

For more information, please visit www.poxel.com

Media Contacts

Poxel SA
Mrs. Pascale Malgouyres
Chief Business Officer
Phone: +33 437 372 012

MC Services AG Munich
Mr. Raimund Gabriel
Partner
Phone: +49 89 2102 280

Communiqués de presse

Le nouveau médicament en développement de Poxel – l’Iméglimine – démontre un profil antidiabétique unique au cours d’études précliniques et cliniques


- L’Iméglimine entraîne une sécrétion d’insuline glucose-dépendante en améliorant la sensibilité au glucose de la cellule béta pancréatique chez les patients diabétiques de type 2
- L’Iméglimine normalise la tolérance au glucose et la sensibilité à l’insuline en améliorant le fonctionnement de la mitochondrie dans un modèle physiopathologique de diabète de type 2
- L’Iméglimine démontre un mécanisme d’action unique ciblant la bioénergétique mitochondriale

Poxel SA a présenté de nouveaux résultats d’études humaine et animale sur son nouveau médicament antidiabétique – l’Iméglimine – actuellement en phase 2b de développement clinique, à l’occasion de la 74ème édition du congrès de l’association américaine de diabétologie. Les résultats démontrent une activité double de l’Iméglimine, à la fois sur le défaut d’insulino-sensibilité et sur celui d’insulino-sécrétion caractérisant le diabète de type 2, laissant entrevoir le profil innovant de ce nouvel antidiabétique oral.

"Ces résultats cliniques de phase 2 et ces résultats précliniques confirment que l’Iméglimine est le premier traitement à agirsur les deux défauts-clés du diabète de type 2, que sont l’insulino-résistance et le défaut d’insulino-sécrétion," a déclaré ThomasKuhn, Directeur Général de Poxel."L’Iméglimine agit directement sur les troisorganes principaux affectés par le diabète de type 2, à savoir, le pancréas, le foie et le muscle. Nos résultats récents confirmentque l’Iméglimine agit – au niveau de chaque organe – d’une manière différente de la metformine et de la sitagliptine, mettant ainsi en évidence son potentiel d’associationà d’autres antidiabétiques, comme nous l’avons déjà constaté à l’occasion de deux études d’association de ses médicaments chez les patients diabétiques. Ces résultats valident le fait que l’Iméglimine est unique parmi les médicaments antidiabétiques actuels."

Une communication orale titrant "Imeglimin Increases Glucose-Dependent Insulin Secretion and Improves Beta-cell Function in Patients with Type 2 Diabetes" décrit la sécrétion d’insuline glucose-dépendante par l’Iméglimine administrée à des patients diabétiques de type 2, en utilisant unetechnique de clamp hyperglycémique.L’Iméglimine augmente significativement la réponse insulinique au glucose (p=0,035);atteignant ainsi le critère principal d’évaluation. L’Iméglimine augmente de manière significative le taux d’insulino-sécrétion en 1ère et 2ème phase (p=0,034 et 0,031, respectivement) et améliore la sensibilité au glucose de la cellule béta pancréatique (p=0,034). L’Iméglimine n’a pas d’effet sur le glucagon plasmatique, contrairement aux inhibiteurs de l’enzyme DDP-4.

Le Docteur Michael Roden (Institut de Diabétologie Clinique, Centre Allemand de Diabétologie Département d’Endocrinologieet Diabétologie, Hôpital Universitaire de Düsseldorf, Allemagne) a présenté ce travail en le commentant ainsi: "L’Iméglimine est un nouveau produit très intéressant, car en améliorant le sensing du glucose de la cellule béta pancréatique, l'Iméglimine augmente la sécrétion d’insuline en réponse au glucose, ce qui contribue à la baisse du glucose sanguin. Compte-tenu également de son activité sur le foie et le muscle démontrée en préclinique, l'Iméglimine confirme un mécanisme d’action original, ce qui pourrait offrir un nouveau moyen de répondre à la problématique posée par le diabète de type 2."

Une deuxième communication orale titrant"Imeglimin Normalizes Glucose Toleranceand Insulin Sensitivity in Improving Mitochondrial Function in a High-Fat-HighSucrose Diet Mice Model" décrit les bénéfices de l’Iméglimine sur la tolérance au glucose, sur l’insulino-sensibilité et sur le signaling de l’insuline à la fois dans le foie et le muscle dans un modèle de diabète de type 2 chargé en nutriments. L’Iméglimine adapte le fonctionnement de la mitochondrie à cette surcharge, ce qui conduit à une utilisation des graisses. En conséquence, l’Iméglimine diminue la stéatose hépatique, améliore le signaling de l’insuline et diminue l’insulino-résistance, un des deux défauts-clés de la maladie diabétique.

Le Docteur Vidal (INSERM U160, Faculté de Médecine Lyon-Sud, Centre Européen de Nutrition et Santé) qui a supervisé cestravaux a déclaré: "Nous sommes très heureux d’avoir obtenu ce résultat clé pour la compréhension du mécanisme par lequel l’Iméglimine exerce ses effets insulino-sensibilisateurs qui contribuent ainsi à son activité antidiabétique".

Un poster titrant "Imeglimin DecreasesHepatic Glucose Production through a Unique Mitochondrial Mechanism of Action"a été présenté à l’audience du congrès. Le but de ce travail était d’identifier les mécanismes par lesquels l’Imégliminediminue la néoglucogénèse dans des hépatocytes primaires de rat, en comparaison avec la metformine. Le mécanisme d’action unique de l’Imégliminecible la bioénergétique mitochondriale en provoquant une augmentation du potentiel redox et une diminution du potentiel de membrane, sans modifier la respiration mitochondriale, au contraire de la metformine.

Le Professeur Eric Fontaine (INSERM U1055, Université de Grenoble France) dont l’équipe est très fortement impliquée dans l’étude de la bioénergétique mitochondriale a commenté: "Ces résultats sont très importants dans la compréhension du mécanisme d’action innovant de l’Iméglimine. L’Iméglimine inhibe la néoglucogénèse sans impacter les flux respiratoires, en éviter ainsi à l’Iméglimine tout risque d’induire une acidose lactique, au contraire de la metformine."

A propos du diabète de type 2

Le diabète de type 2 est la forme la plus courante de diabète. Elle survient généralement chez les adultes, mais fait son apparition de manière croissante chez les enfants et les adolescents. Dans le diabète de type 2, l’organisme a toujours la capacité de produire de l’insuline mais soit en quantité insuffisante, soit n’entraînant plus les effets attendus sur l’organisme, ce qui entraîne une élévation du glucose dans le sang. Le diabète de type 2 est une cause majeure de maladies cardiovasculaires et rénales.

Le nombre de personnes souffrant de diabète de type 2 croît rapidement dans le monde entier. Cette croissance est associée au développement économique, au vieillissement des populations, à l’augmentation de l’urbanisation, aux modifications alimentaires, à la baisse de l’activité physique et à divers changements dans le mode de vie.

La Fédération Internationale du Diabète (IDF)estime qu’en 2011, 366 millions depersonnes dans le monde étaient atteintes de diabète. Ce chiffre va probablement augmenter à 552 millions en 2030. Chaqueannée, 7 millions de personnes supplémentaires développent un diabète. Le marché actuel est dominé par un petit nombre de classes de médicaments et des besoins non satisfaits demeurent à la fois pour les patients et pour les médecins.

La marché pharmaceutique mondial du diabète de type 2, dont 60% sont représentés par les antidiabétiques oraux, va probablement augmenter de 31 milliards de dollars en 2012 à 48,8 milliards en 2021 (source : audits IMS).

Au sujet de l’ Iméglimine

L’Iméglimine est le 1er représentant d’une nouvelle classe chimique d’antidiabétiquesoraux : les glimines. L’Iméglimine agit sur les trois principaux organes impliqués dans la physiopathologie du diabète : le pancréas, le foie et le muscle, ce qui lui confère un mode d’action distinct des traitementsexistants pour le diabète de type 2. En cela,il apparaît comme un très bon complémentaux autres traitements. Les résultats de l’essai de Phase IIa en monothérapie de l’Iméglimine ont été publiés dans Diabetes,Obesity and Metabolism en avril 2012. En octobre 2011, Poxel a rapporté des résultatsde Phase II de l’Iméglimine en association àla metformine chez des patientsinsuffisamment contrôlés par la metformineen monothérapie. Le premier critèred’évaluation, à savoir la supériorité en terme de réduction de l’hémoglobine glyquée (HbA1c) versus placebo a été atteint(p<0,001). Les résultats de cette étude ont été publiés dans la revue Diabetes Care. En novembre 2012, Poxel a rapporté des résultats de Phase II de l’Iméglimine en association à la sitagliptine (Januvia®, MSD) chez des patients insuffisamment contrôlés par la sitagliptine en monothérapie. Là aussi, le premier critère de supériorité en terme de réduction de l’hémoglobine glyquée (HbA1c) contre placebo a été atteint (p<0,001). Les résultats de cette étude ont été présentés au congrès de l’American Diabetes Association en 2013 à Chicago. Ils sont publiés sur le site du journal Diabetes Care.

Au sujet de Poxel SA

Poxel, créée en 2009, est une société biopharmaceutique qui développe des médicaments innovants, premiers dans leur classes, avec une focalisation sur le diabète de type 2. La société développe de nouveaux traitements avant de chercher des partenaires dans l’industrie pharmaceutique pour terminer le développement de ces traitements et en assurer la commercialisation. Poxel a été essaimé du laboratoire Merck Serono et opère désormais indépendamment avec une structure légère et une forte expertise interne du développement de molécule et une expertise en affaires.

Le portefeuille de produits en développementde Poxel comprend plusieurs candidatsmédicaments, premiers dans leurs classespour le traitement du diabète de type 2, incluant l’Iméglimine actuellement en fin de Phase II de développement. Poxel développe également un programme d’activateurs directs de l’enzyme AMPK et a un candidat proche de la Phase I de développement, toujours pour le traitement du diabète de type 2.

Pour plus d’informations, visitez le site www.poxel.com.

Relations Presse

Poxel SA
Mrs. Pascale Malgouyres
Directeur du Business
Téléphone: +33 437 372 012

MC Services AG Munich
Mr. Raimund Gabriel
Associé
Téléphone: +49 89 2102 280